mercredi 3 avril 2013

Lebeuf de Montgermont, manufacturier en faïence

Adrien-Louis Lebeuf [sans « œ »], né à Paris le 16 janvier 1824, demeurant au château de Montgermont, sur la commune de Pringy (Seine-et-Marne), épousa le 16 juillet 1853, à Coubert (Seine-et-Marne), Marie-Joséphine-Clotilde-Elise Parent (1835-1892). Fils aîné de Louis-Martin Lebeuf (1792-1854), régent de la Banque de France, député de Seine-et-Marne (1837-1842) et sénateur, il succéda à son père, directeur de la manufacture de faïences de Creil et Montereau, et devint maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne). Par décret impérial du 24 septembre 1859, il fut autorisé à ajouter à son nom patronymique celui de « de Montgermont ».



Assiette en faënce de Creil et Montereau
Décor "Flora" dit "au liseron"

Il est souvent confondu avec son frère cadet, Alfred-Louis Lebeuf (1841-1918), diplomate, qui fut autorisé en 1863 à ajouter à son nom patronymique celui de « de Montgermont », qui épousa en 1866 Jeanne-Madelaine Schnetz (1846-1931), et dont la bibliothèque fut dispersée de 1911 à 1913.


Château de Montgermont
Le goût de Montgermont s’était porté avec une prédilection particulière sur les livres dont l’ornementation faisait le principal mérite.
Les éditions des Elzevier et de leurs émules se montraient dans ce qu’elles ont de plus rare et de plus parfait. La partie la plus riche de la collection était la littérature française : les poètes français comptaient près de 250 titres. Beaucoup de livres étaient décorés des armoiries des personnages les plus illustres ou provenaient des amateurs les plus célèbres : Madame de Chamillart, la comtesse de Verrue, marquise de Pompadour, Mademoiselle de La Vallière, Grolier, de Thou, Longepierre, comte d’Hoym, etc. Les anciennes reliures étaient de Duseuil, Boyet, Padeloup, Derome, etc. Parmi les reliures modernes, plus de 300 volumes étaient sortis de l’atelier de Trautz-Bauzonnet.


La bibliothèque de Montgermont fut livrée anonymement aux enchères à l’Hôtel des commissaires-priseurs du 5 rue Drouot, en 6 vacations, du 27 mars au 1er avril 1876 : Catalogue de livres rares et précieux imprimés et manuscrits composant la bibliothèque de M. L. de M*** (Paris, Adolphe Labitte, 1876, in-8, XVI-216-24 p., 991 numéros). C’était une des plus remarquables bibliothèques livrées aux enchères depuis les grandes ventes de Yemeniz (1867), de J.-C. Brunet (1868), du baron J. Pichon (1869) et de L. Potier (1870). L’engouement et la vivacité des enchères caractérisèrent cette vente où on vit payer des prix jusqu’alors inconnus : elle produisit environ 500.000 francs, avec un bénéfice estimé à plus de 200.000 francs.

1. La Sainte Bible, traduite en françois par le Maistre de Sacy, édition ornée de 300 figures, d’après les dessins de Marillier (et Monsiau).Paris, Defer de Maisonneuve et Gay, 1789-1804, 12 vol. gr. in-4, papier vél., fig., mar. r., dos ornés, fil. tr. dor. (Capé.) 24.500 fr.
Exemplaire en grand papier vélin, avec les figures avant la lettre. On y a joint la précieuse suite des 300 desssins originaux à l’encre de Chine de Marillier et Monsiau. Ces dessins ont figuré à la vente Détienne (1807), et à celle de Marie-Jacques Debure (1849). Acquis à cette dernière vente par La Bédoyère, cet amateur les avait joints à un exemplaire broché de la Bible, en grand papier. C’est depuis sa vente, faite en 1862, que, confiés aux soins intelligents de l’excellent relieur Capé, ils ont été réunis dans l’élégante et riche reliure qui les recouvre.
6. Le Nouveau Testament de Nostre-Seigneur Jésus-Christ, traduit en françois, selon l’édition vulgate, avec les différences du grec (par MM. de Port-Royal). Mons, Gaspard Migeot (Amsterd., D. Elzevier), 1667, 2 vol. pet. in-8 réglés, front. gr., mar. r. dos ornés, doublé de mar. r. dent. tr. dor. (Boyet.) 1.780 fr.
Edition originale. Il s’en trouve bien peu d’exemplaires avec une aussi belle reliure et d’une aussi parfaite conservation. Provient de la bibliothèque de Brunet.
11. Histoire du Vieux et du Nouveau Testament (par David Martin), enrichie de plus de quatre cents figures. Anvers (Amsterdam), P. Mortier, 1700, 2 vol. in-fol. régl., mar. v. large dent. tr. dor. (Padeloup.) 1.980 fr.
Magnifique exemplaire en grand papier et avant la marque des clous ; il provient de la bibliothèque de M. d’Ourches, à la vente duquel il fut annoncé comme le plus beau qu’on eût vu passer en vente. Il a figuré à la première et à la seconde vente La Bédoyère.
57. Le Bréviaire de Nostre-Dame, auquel tout le Pseautier est distribué pour les sept jours de la semaine. Paris, Jamet Mettayer, 1587, pet. in-8, 8 fig. grav. par Th. de Leeu, mar. v. compart. dos fleurdelisé, tr. dor. 940 fr.
Très bel exemplaire de Henri III, portant sur le dos de la reliure ses armes, sa devise Spes mea Deus et la tête de mort. Dans un écusson placé sur chaque plat, se trouve la représentation du Crucifiement. Sur le titre se lisent les noms de J. Ballesdens, des PP. Germont, L. Jobert et Baudrand, à qui ce livre a successivement appartenu. De la bibliothèque de Brunet ; acheté à la vente Potier (1870).
75. L’Imitation de Jésus-Christ, traduite en vers françois par P. Corneille. Leyde, Jean Sambix (J. et Dan. Elsevier), 1652, pet. in-12, mar. r. compart. dos orné, tr. dor. (Capé.) 365 fr.
Un des volumes les plus rares de la collection des Elzeviers. Exemplaire grand de marges (127 mm.) acquis à la vente Capé.
82. Œuvres spirituelles de Henri Suso, personnage fort célèbre en doctrine et saincteté de vie : traduittes de latin en françois par F. N. Le Cerf, prieur de la Chartreuse de N.-D. de Bonne-Espérance, près le chasteau de Gaillon. Paris, Guill. Chaudière, 1586, in-8, réglé, mar. r. à riches compart. tr. dor. 2.050 fr.
Superbe exemplaire de Henri III, roi de France, avec ses armes, sa devise et la tête de mort sur le dos, et le crucifiement au milieu des plats. Un des plus beaux spécimens qu’on puisse trouver de la bibliothèque de ce roi. De la bibliothèque de Brunet. (Vente Potier, 1870, 1.500fr.)
87. Introduction à la vie dévote, du bienheureux François de Sales, évesque de Genève. Paris, de l’Imprimerie royale, 1651, in-8, fig., réglé, mar. r. dos et plats ornés, tr. dor. 1.820 fr.
Belle édition, dédiée à la reine Anne d’Autriche. Ses armes mi-parties de France et d’Espagne, se trouvent sur le titre et dans d’autres endroits du volume. Cet exemplaire est celui de dédicace. Les plats sont ornés d’une riche et large bordure, formée de fleurs de lis mêlées au chiffre couronné de la reine, répété à l’infini.
117. Les Propos d’Epictète, recueillis par Arrian, son disciple, translatez du grec en françois par Fr. J. de S. F. (Jean de Saint-François, c’est-à-dire le P. Goulu, général des Feuillants). Paris, Jean de Heuqueville, s. d., (1609), in-8, titre gr. mar. ol. tr. dor. 285 fr.
Exemplaire de la reine Marguerite, première femme de Henri IV, à laquelle le livre est dédié. Son chiffre couronné, alternant avec des fleurs de lis, est parsemé à l’infini sur le dos et sur les plats du volume. Sur un des feuillets de garde, on trouve la note suivante : « Achapté en l’inventaire de la feu reine Margueritte par moi Jean de Sainct Pec, 4 liv. 10 sols. » Provient de la bibliothèque de feu Taillandier, conseiller à la Cour de cassation.
119. Essais de messire Michel seigneur de Montaigne (deux livres). Bourdeaus, par S. Millanges, 1580, 2 vol. pet. in-8, mar. r. fil. tr. dor. (Derome) 1.910 fr.
Edition originale, provenant de la bibliothèque de d’Hangard et en dernier lieu de la vente Radziwill. Six feuillets qui étaient plus courts ont été habilement remmargés.
147. Histoire naturelle générale et particulière, avec la description du cabinet du roi, par le Clerc de Buffon, Daubenton et de Lacépède. Paris, Impr. royale, 1749 et années suiv. 56 vol. in-4, mar. r. dent. doubl. de moire, tr. dor. (Bozerian.) 3.250 fr.
Superbe exemplaire de première édition, satiné et relié sur brochure par Bozerian aîné, composé ainsi qu’il suit : Histoire naturelle générale, 15 vol. ; Supplément, 7 vol. ; Oiseaux, 9 tom. rel. en 18 vol. ; Minéraux avec les cartes, 6 vol. ; Ovipares et serpents, 2 vol. ; Poissons, 5 vol. ; Cétacés, 1 vol. ; Observations de Malesherbes, Paris, 1798, 2 tom. in-8 tirés in-4 et rel. en 1 vol. ; vignettes des chapitres et planches des scarabées et papillons, 1 vol. Toutes les fig. de l’Hist. naturelle de Buffon et Daubenton, et celles des 8 vol. de Lacépède, sont avant la lettre ; la plupart des planches d’anatomie sont doubles, avant et avec les lettres de renvoi. On y a ajouté les figures des quadrupèdes coloriées ; les 1.008 planches de l’histoire des oiseaux coloriées ; les fig. du tome 7 du supplément, celles des quadrupèdes, ovipares, serpents, poissons et cétacés de Lacépède, enluminées avec le plus grand soin ; les gravures coloriées des girafes tirées du voyage de Le Vaillant, et quelques autres du même genre ; enfin, trois portraits de Buffon et celui de Lacépède. Les 9 vol. des oiseaux étant reliés en 18, on a fait imprimer des titres pour les seconds volumes. Le tome 56e est composé de toutes les vignettes placées au commencement des chapitres, premières épreuves, et des planches coloriées des scarabées et des papillons faisant partie des 1.008 planches des oiseaux. Un des plus beaux exemplaires qu’on puisse trouver. Exemplaire de La Bédoyère.


179. Les Simulachres et Historiées Faces de la Mort, autant elegamment pourtraictes, que artificiellement imaginées. Lyon, soubz l’escu de Coloigne. M. DXXXVIII. (A la fin :) Excudebant Lugduni Melch. et Gasp. Trechsel fratres, 1538, pet. in-4, fig. sur bois, mar. citr. dos et plats ornés, doublé de mar. noir, dent. tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 2.150 fr.
Edition originale de la Danse des Morts d’Holbein, composée de 41 admirables figures gravées sur bois, ayant chacune au bas un quatrain en français attribué à Gilles Corrozet. Belle reliure décorée sur le dos et les plats des emblèmes de la Mort.
217. Le Pastissier françois, où est enseignée la manière de faire toute sorte de pastisserie … Ensemble le moyen d’aprester toutes sortes d’œufs pour les jours maigres, et autres, en plus de soixante façons. Amsterdam, chez Louys et Daniel Elzevier, 1655, pet. in-12, front. gr., mar. r. fil. dos et plats ornés, doublé de mar. bleu, large dent. tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 4.550 fr.
Depuis longtemps, ce petit livre est regardé à tort ou à raison comme le volume le plus rare de la collection des Elseviers, et à ce titre il a atteint, dans les ventes publiques et surtout à l’amiable, les prix les plus élevés. Le dernier exemplaire qui ait passé en vente, celui de Montesson, adjugé en mars 1870 à 2.910 fr., à été revendu chez Benzon, en avril 1875, 3.255 fr. sans les frais. Il mesurait 128 mm. ; la taille de celui-ci est de 130 mm. ½. C’est peut-être le plus grand exemplaire connu. La reliure est un petit chef-d’œuvre.
244. Catulli, Tibulli, Propertii nova editio. Jos. Scaliger recensuit. Ejusdem in eosdem castigationum liber. Lutetiae, apud Mamertum Patissonium, 1577, 2 part. en 1 vol. in-8, mar. v. riches compart., tr. dor. 1.800 fr.
Exemplaire aux premières armes de J.-A. de Thou. Porte l’ex-libris de la bibliothèque Caumartin S. Ange. Acquis à la vente Radziwill.
253. La Métamorphose d’Ovide figurée. A Lyon, par Ian de Tournes, MDLVII, in-8, figures et encadrements sur bois, mar. orange, dos et plats ornés, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 385 fr.
Edition originale de ce chef-d’œuvre de Bernard Salomon : 178 gravures sur bois. Exemplaire de Pixerécourt, acquis à la vente Yemeniz et recouvert depuis d’une reliure de Trautz-Bauzonnet.
254. Les Métamorphoses d’Ovide, en latin et en françois, de la traduction de l’abbé Banier. Paris, Delalain, 1767-1771, 4 vol. in-4, fig. d’Eisen, Boucher, Moreau, etc., grav. Par Lemire et Basan, mar. r. dos ornés, doublé de tabis, fil. tr. dor. (Derome.) 2.975 fr.
Superbe exemplaire du premier tirage.
255. Phaedri, Augusti Caesaris liberti, fabularum Aesopiarumlibri quinque, notis perpetuis illustrati, et cum integris aliorum observationibus in lucem editi a Joan. Laurentio. Amstelodami, Janssonius a Waesberge, 1667, in-8, front. gr., mar. rouge, doublé de mar. rouge, tr. dor. (Boyet.) 1.300 fr.
Très bel exemplaire, de la bibliothèque de Brunet.


277. Le Rommant de la Rose nouvellement reveu et corrigé oultre les precedentes impressions (par Cl. Marot). On les vend à Paris, par Galliot du Pré, impr. par P. Vidoue, 1529, lettres rondes, pet. in-8, fig. sur bois, mar. rouge, dos orné, fil. tr. dor. (Rel. anc.) 500 fr.
Edition rare. Exemplaire aux armes du duc de Mortemart, acheté à la vente du docteur Mitford, à Londres.
290. Les Œuvres de maistre Guillaume Coquillart, en son vivant official de Reims, nouvellement reveues et imprimées à Paris. 1532. On les vend à Paris pour Galiot du Pré, en la grant salle du Palays, pet. in-8, mar. rouge, doublé de mar. bleu, riches compartiments, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 2.600 fr.
Très rare et très recherché. Exemplaire très grand de marges,un des deux plus grands connus (hauteur : 130 mm.). Le haut du feuillet du titre ayant été coupé pour enlever un nom, a été habilement remmargé par Vigna.
298. Œuvres de Clément Marot, plus amples et en meilleur ordre que paravant. A Lyon, à l’enseigne du Rocher (chez S. Sabon), 1545, 2 part. en 1 vol. in-8, mar. bl. doublé de mar. r. large et riche dent. tr. dor. (Très belle reliure de Duru.) 1.550 fr.
Superbe exemplaire de la bibliothèque de Double.
306. Saulsaye, Eglogue de la vie solitaire, par Maurice Sceve, Lyonnois. A Lyon, par Iean de Tournes, 1547, in-8, fig. sur bois, 32 pages, mar. vert, dos orné, fil. tr. dor. (Koehler.) 610 fr.
Opuscule fort rare. Deux figures de Bernard Salomon dans le texte, dont l’une représente une vue de Fourvière. Exemplaire de Nodier et de Yemeniz.
314. Les Œuvres de Hugues Salel, valet de chambre ordinaire du Roy, imprimées par commandement dudict Seigneur. A Lyon, par Benoist Rigaud, 1573, de l’imprimerie de François Durelle, in-16, mar. r. compart. doublé de mar. vert, dent. tr. dor. (Niedrée.) 1.210 fr.
Fort rare. Chef-d’œuvre de dorure de Niedrée. Exemplaire de Yemeniz, grand de marges.
329. Elégies (et Epigrammes) de Jean Doublet, Dieppoys. Paris, pour Charles Langelier, 1559, in-4, 55 f. chiffrés et 1 n. chiff. Pour la marque de Langelier, réglé, mar. r. ornements sur les plats, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 1.500 fr.
Poésies d’une insigne rareté. Cet exemplaire a fait partie des bibliothèques de d’Auffray et Ed. Turquety.


325. Euvres de Louize Labé Lionnoize. Revues et corrigees par la dite Dame. A Lion, par Ian de Tournes, MDLVI, in-8, mar. vert clair, compart. doublé de mar. rouge, couvert de riches ornements, tr. dor. (Thouvenin.) 2.700 fr.
Cet exemplaire a appartenu en 1647 à un Charles Labé, dont la signature se trouve sur le titre, puis à Nodier, dont il porte l’ex musaeo sur les plats. Exemplaire très grand de marges (hauteur : 165 mm.). De la bibliothèque de Yemeniz (1.020 fr.).
368. Les Diverses Poésies du sieur de la Fresnaie Vauquelin. A Caen, chez Charles Macé, 1612, in-8, mar. bleu, dos orné, fil. dent. int. tr. dor. (Bauzonnet.) 2.300 fr.
Rare et très bel exemplaire provenant de la bibliothèque de Cigongne, très grand de marges.
379. Les Poëmes divers du sieur de Lortigue, Provençal, où il est traitté de guerre, d’amour, gayetez, points de controverse, hymnes, sonnets et autres poésies. Paris, Gosselin, 1617, in-12, réglé, mar. vert fleurdelisé, fil. tr. dor. (Aux armes de Marie de Médicis.) 1.750 fr.
Volume très rare. Exemplaire de Marie de Médicis.
408. Poésies françoises, par M. de Ménage. Paris, A. Courbé, 1656, pet. in-12, 40 p., lettres italiques, mar. r. fil. tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 600 fr.
Edition sortie des presses de Foppens. L’une des pièces les plus rares de la collection elzévirienne.
419. Œuvres diverses du sieur Boileau-Despréaux, avec le Traité du sublime ou du merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin. Paris, Denys Thierry, 1701, 2 vol. in-12, réglés, frontisp. et fig., mar. citr. doublé de mar. r. dent. tr. dor. (Rel. anc.) 3.920 fr.
Dernière édition publiée du vivant de Boileau. Exemplaire aux armes et au chiffre de Madame de Chamillart.
443. La Henriade, de M. de Voltaire, seconde édition (avec dédicace à la Reine d’Angleterre). Londres, 1728, in-8, fig., réglé, mar. r. comp. doublé de pap. doré, tr. dor. (Padeloup.) 3.000 fr.
La reliure, un des chefs-d’œuvre de Padeloup, est ornée de riches compartiments à mosaïque de maroquin vert, citron et rouge, avec dorures, à petits fers et au pointillé, couvrant entièrement le dos et les plats du volume. Exemplaire de d’Hangard, acquis à la vente de Radziwill pour 1.500 fr.
482. Les Baisers, précédés du Mois de mai, poëme (par Dorat). La Haye et Paris, Lambert, 1770, gr. in-8, pap. de Holl., titre rouge et noir, portr. de Dorat grav. par Dupin, frontisp., 23 vignettes et 22 culs-de-lampe d’Eisen, mar. vert, riches compart. à petits fers, dos orné, tr. dor. (Capé.) 1.050 fr.
Reliure élégante avec dos et plats à la Derome, et attributs de l’amour à chaque coin. Exemplaire de Capé qu’il avait relié pour lui.
501. Choix de chansons, mises en musique par M. de la Borde, ornées d’estampes par J.-M. Moreau, dédiées à Madame la Dauphine. Paris, de Lourmel, 1773, 4 tom. en 2 vol. gr. in-8, texte gravé, mar. vert, dos ornés, dent. doublé de tabis, tr. dor. (Derome.) 4.250 fr.
De la bibliothèque de Yemeniz.
539. Le Théatre de P. Corneille, reveu et corrigé. Suivant la copie imprimée à Paris (Amsterd., Abr. Wolfgank), 1664 (à 1676), 4 vol. – Les Tragédies et Comédies de Th. Corneille. Suivant la copie imprimée à Paris (Amsterd., Abr. Wolfgank), 1665 (à 1678), 5 vol. ; ensemble 9 vol. pet. in-12, mar. rouge, fil. dos ornés, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 4.100 fr.
Un des plus beaux exemplaires connus, très grand de marges (hauteur : 132 mm.).


571. Les Œuvres de Monsieur de Molière. Paris, Jean Guignard fils, 1666, 2 vol. in-12, 2 front. grav. Par Chauveau, mar. bl. doublé de mar. r. dent. tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 5.700 fr.
Première édition du Théâtre de Molière avec une pagination suivie. Exemplaire très grand de marges, de la bibliothèque Odiot.
585. Le Tartufe, ou l’Imposteur, comédie par J.-B. P. de Molière. Imprimé aux despens de l’autheur, et se vend à Paris chez J. Ribou, 1669, in-12, mar. vert, fil. tr. dor. (Duru.) 2.250 fr.
Edition originale très rare. A la fin du privilège, on lit : « Achevé d’imprimer pour la première fois le 28 mars 1669. »
640. Les Amours pastorales de Daphnis et Chloé (traduites du grec de Longus, par J. Amyot). S. l. (Paris), 1718, pet. in-8, front. et fig. gr. par Audran d’après les dessins de Philippe duc d’Orléans, mar. vert, dos orné, riches compart., doublé de mar. orange, large dent. tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.) 2.600 fr.
Edition dite du Régent. Exemplaire très grand de marges et rempli de témoins (en hauteur et en largeur), provenant de la bibliothèque de La Bédoyère ; il était alors relié par Bozerian.
644. Œuvres de maitre François Rabelais, avec des remarques historiques et critiques de M. Le Duchat, nouvelle édition, ornée de figures de B. Picart, etc., augmentée de nouvelles remarques et de plusieurs pièces curieuses. Amsterdam, J.-F. Bernard, 1741, 3 vol. gr. in-4, mar. r. fil. dos ornés, tr. dor. (Padeloup.) 6.000 fr.
Superbe exemplaire en grand papier. C’est le premier et le plus beau des deux exemplaires sur ce papier qui se trouvaient à la vente du prince Radziwill. Le second, relié en maroquin citron, a été depuis vendu à la vente Benzon, en avril 1875, 5.500 fr.
646. Les Songes drolatiques de Pantagruel, où sont contenues plusieurs figures de l’invention de maistre François Rabelais, et dernière œuvre d’iceluy pour la récréation des bons esprits. A Paris, par Richard Breton, rue S. Iaques, à l’Ecrevisse d’Argent, MDLXV, in-8, figures sur bois, mar. vert, fil. tr. (Rel. anc.) 2.135 fr.
Recueil de 120 figures des plus grotesques, sans autre texte qu’un avis au lecteur en 3 pages dans lequel il est dit que Rabelais en est l’auteur. De la plus grande rareté. Vient de la bibliothèque Yemeniz (705 fr.).
671. Le Diable boiteux, nouvelle édition augmentée d’une Journée des Parques, par M. Le Sage, et des Béquilles du diable boiteux (par Bordelon). Paris, Musier fils, 1765, 3 vol. pet. in-12, fig., mar. r. fil. tr. dor. gardes de pap. doré. 700 fr.
679. Lettres d’une Péruvienne, par Madame de Graffigny, traduites du français en italien par M. Deodati (texte en regard). Paris, de l’imprimerie de Migneret, 1797, in-8, gr. pap. vél., fig., rel. en vél. blanc, doublé de moire, tr. dorée. (Courteval.) 2.300 fr.
Exemplaire unique, avec le dessin du portrait, gravé par Gaucher d’après Delatour, et les 7 dessins originaux à la sépia des vignettes, par Le Barbier, les eaux-fortes, et les figures avant et avec la lettre. De la bibliothèque de La Bédoyère.
Exemplaire aux armes de la comtesse du Barry, provenant de la bibliothèque de Double.
716. Contes des fées, par Ch. Perrault (en prose) : Griselidis, Peau d’âne, les Souhaits ridicules (en vers, et Peau d’âne en prose). Paris, chez Lamy, 1781, 2 tom. en 1 vol. in-12, frontisp. et jolies vign. de Martinet, mar. r. jans. tr. dor. (Derome.) 2.400 fr.
La plus complète et la plus belle des anciennes éditions de ces Contes. Exemplaire en grand papier de Hollande provenant de la première bibliothèque de La Bédoyère (1837) ; acheté à la vente de M. J. P***.
764. Diogenis, Bruti, Ippocratis medici, epistole. (A la fin :) Florentiae facta est harum epistolarum impressio per Antonium Francisci Venetum. Anno Domini M. CCCCLXXXVII (1487), in-4, v. f. à compart. tr. dor. 2.050 fr.
Exemplaire de Grolier. Sur le titre du volume on lit une note d’une écriture du xvie siècle qui se termine ainsi : « A Me J. Grozelier, acheté à Paris de la bibliothèque de M. le médecin Duret. ». Cet exemplaire a figuré aux ventes Coste (1853, 800 fr.), Riva de Milan (1.000 fr.), Solar (1860, 1.200 fr.) et Techener (1865, 885 fr.).
770. Les Œuvres de M. de Voiture (Lettres et Poésies, publ. par E. Martin de Pinchesne), seconde édition. Paris, Aug. Courbé, 1650, in-4, front. gr. et portr. d’après Philippe de Champagne, gr. par Nanteuil, mar. citron, dos orné, dent. tr. dor. (Rel. anc.) 356 fr.
Bel exemplaire aux armes du marquis de La Vieuville.
787. Les Vies des hommes illustres, grecs et romains, …par Plutarque de Chaeronée, translatées de grec en françois par Jacques Amyot. Paris, Vascosan, 1567, 7 vol. – Les Œuvres morales et meslées de Plutarque, translatées de grec en françois (par J. Amyot). Paris, Vascosan, 1574, 6 vol. – Table de tous les opuscules de Plutarque, 1 vol. ; ensemble 14 vol. in-8, réglés, mar. r. dos ornés, fil. tr. dor. (Derome.) 4.100 fr.
Superbe exemplaire, grand de marges et bien conservé d’un livre qu’on trouve rarement en bon état.
789. M. Tullii Ciceronis Opera, cum optimis exemplaribus accurate collata. Lugduni Batavorum, ex officina Elzeviriana, 1642, 10 vol. pet. in-12, frontisp. et portr., réglé, mar. vert, fil. doublé de mar. r. dent. tr. dor. (Du Seuil.) 4.910 fr.
Superbe exemplaire aux armes du comte d’Hoym (hauteur : 126 mm.). Le comte d’Hoym possédait deux exemplaires du Cicéron des Elsevier : celui-ci, qui a été acheté 60 livres (1.500 fr.) à la vente Libri, faite à Londres en 1859, et un autre exemplaire en maroquin rouge, relié par Padeloup, qui a été payé à la vente des livres du baron Pichon en 1869, 5.008 fr.
807. Œuvres complètes de Berquin. Nouvelle édition, rangée dans un meilleur ordre. Paris, Renouard, 1803, 17 tom. en 19 vol. in-18, gr. pap. vélin, fig. de Borel et autres, cuir de Russie, n. rog. (Purgold.) 6.999 fr.
Exemplaire de Renouard. Orné de près de 300 dessins originaux.
812. Collection des classiques français, avec les notes de tous les commentateurs. Paris, Lefèvre (impr. de Jules Didot), 1821-1828, 73 vol. gr. in-8, demi-rel. dos et coins de mar. rouge, dos ornés à petits fers, dorés en tête, non rognés. (Rel. de Capé.) 7.600 fr.
Superbe exemplaire en très grand papier vélin, provenant de la bibliothèque de Renouard, orné par lui d’environ 630 gravures (vignettes et portraits).
846. Justini Historiarum ex Trogo Pompeio libri cum notis Is. Vossii. Lugd. Batav., ex officina Elzeviriana, 1640, pet. in-12, mar. rouge, doublé de mar. r. dent. tr. dor. (Boyet.) 1.450 fr.
Exemplaire de la bibliothèque de Longepierre, avec les insignes de la Toison-d’Or sur le dos, les plats et à l’intérieur ; acheté à la vente Double.

Adrien-Louis Lebeuf de Montgermont mourut en son domicile parisien, 12 place Vendôme, le 19 juin 1876, dans sa cinquante-troisième année d’existence.
       
Longtemps après l’adjudication, un sieur Crépet, prétextant que les deux ouvrages qui lui avaient été vendus (numéros 57 et 117) se trouvaient en mauvais état et ne répondaient pas aux indications du catalogue, assigna Montgermont et les experts Labitte et Potier, en restitution de la somme de 1.225 francs, avec laquelle il s’était rendu acquéreur des deux volumes, qu’il s’offrait naturellement à restituer. Le tribunal civil de la Seine, dans son audience du 13 mars 1880, déclara « le sieur Crépet mal fondé dans sa demande, tant contre le sieur Lebeuf de Montgermont, que contre les sieurs Labitte et Potier ; l’en déboute et le condamne aux dépens. »
    
   

2 commentaires:

  1. M. Lebeuf avait-il quelque lien généalogique avec M. Gigot précédemment cité ? (ok je sors)

    B.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y avais pas pensé, mais peut-être qu'inconsciemment...

      Supprimer